Bureautique adaptée à la réalité humanitaire 

workstation-405768_640Dès le mois d’août 2017, les organismes à buts non lucratifs pourront bénéficier de services bureautiques multimédia à distance, à un coût correspondant à leur réalité budgétaire. En ne payant que pour le travail effectué, les administrateurs et gestionnaires d’OBNL trouveront plus aisé — et plus rentable — de compter sur une présence secrétariale permanente sans avoir à débourser pour les temps morts. Ce gain d’efficacité se traduit directement en une rehausse d’énergie à investir dans la quantité et la qualité des services prodigués à la clientèle. On peut comparer cet exercice à un effort environnemental de récupération d’énergie.

L’exercice fait d’une pierre deux coups: les personnes qui effectueront le télétravail bénéficient d’une deuxième chance socio-économique. En effet, ces gens qui sont très professionnels et performants souffrent de conditions qui ne leur permettent pas de se présenter au travail régulièrement ni assidûment. La constitution d’une équipe de relève leur donne l’occasion de travailler lorsqu’ils le peuvent et de se faire relayer au besoin, sans craindre la perte de son emploi. Le travail est assuré pour tout le monde.

Notre organisation concocte fièrement des recettes génératrices de prospérité socio-économique, pour le bien-être des individus et des organismes qui se vouent à les aider.

Demeurez à l’affût des développements sur le télétravail à l’intention des OBNL sur notre forum.

Publicités
Publié dans Bureautique multimédia, Soutien technique | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Nous aidons votre clientèle à postuler un emploi prospère

business-2025815_640On entend par «emploi prospère» un travail gratifiant dans un environnement agréable qui procure un revenu suffisant pour couvrir toutes les dépenses nécessaires à la vie et qui permet un certain essor.

L’acquisition d’un emploi prospère commence bien avant l’entrevue. Il y a toute une préparation qu’il faut ne pas négliger.

On commence par bien apprendre à se connaître soi-même. On a tendance à évaluer grossièrement ses forces et ses faiblesses; il est primordial de pouvoir se faire valoir justement auprès d’un employeur.

Puis, on apprend à connaître le milieu dans lequel on souhaite œuvrer. Bien évaluer les occasions et les menaces qui se présentent sur sa route permet de se rendre à bon port lors de l’entretien initial. Avoir une bonne idée de ce que fait la compagnie, de sa position dans le marché et, bien entendu, des fonctions du poste à occuper contribue au succès de l’exercice.

Ceci n’est qu’un bref aperçu des aptitudes gagnantes pour postuler un emploi prospère. Ça ne s’apprend pas efficacement dans un cours mais très facilement dans un stage, en vivant l’expérience en temps réel, avec l’assistance et l’encouragement d’un mentor. Le programme Union pour bâtir la prospérité offre ce stage.

Publié dans Consolidation professionnelle | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Commanditer l’accomplissement

fvqAu #fairevaloirquébec / #tubp du 21 juillet, on discute de «nouvelle philanthropie». Bien que la commandite basée sur l’accomplissement ne soit pas une nouveauté en soi, elle n’est pas une méthode de financement primaire répandue. Lors de marathons organisés au profit d’une cause, les participants sont commandités selon le nombre de kilomètres parcourus. Et si la mission de notre entreprise d’économie sociale était considérée comme un marathon? Et si nos membres étaient considérés comme des marathoniens? Et si les objectifs atteints étaient commandités?

On a dépoussiéré cette idée suite à la lecture de documents et de rapports d’étude¹ qui démontrent que les philanthropes d’aujourd’hui préfèrent donner à une oeuvre en fonction de son impact positif sur l’avancement d’une cause. Ce changement dans la forme de contribution peut avoir été causé en partie par de mauvaises expériences récentes: des gens d’affaires qui avaient amassé des fonds pour aider des sinistrés ont vu leur argent détourné par des organisateurs malveillants.

D’autres facteurs régionaux influent sur la décision d’investir: à Québec, les philanthropes ont l’âme entrepreneuriale. Ils aiment voir la cause évoluer et produire des résultats tangibles. Ils sont plus à l’aise de participer à une oeuvre rentable aux effets positifs durables.

Le Québec a compris et c’est pourquoi on voit émerger l’économie sociale. L’entreprise humanitaire rentable, concrète.

Commanditer l’accomplissement est un changement de paradigme brutal pour les organisations traditionnelles. Elles devront, pour assurer leur survie, démontrer que leurs opérations amènent effectivement aux objectifs qu’elles font valoir à leurs contributeurs. Elles devront regagner la confiance des philanthropes en ouvrant leurs livres, en faisant preuve de transparence quant à l’attribution des sous dans des actions pertinentes. C’est ça, l’entrepreneuriat.

Quel accomplissement peut-on commanditer? Dans le cas des œuvres de notre organisme, il est possible de promettre un don lorsqu’un membre démontre qu’il maîtrise l’application des techniques et des aptitudes qu’il a acquises durant son stage-mentorat. Ce doit être un objectif vérifiable et dont la mesure est fiable.

Qu’en pensez-vous? Venez en discuter avec nous:


¹Documents et rapports d’étude:

Publié dans #fairevaloirquébec, #tubp | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

#fairevaloirquébec mars 2016

fvqL’activité #fairevaloirquébec se tiendra vendredi le 18 mars 2016 aux Halles Fleur-de-Lys à Québec. Jumelée au réseau web d’Union pour bâtir la prospérité, elle donne l’occasion aux membres de Waska.org de faire valoir leurs œuvres et à toute la population de Québec (et au-delà) de contribuer à bâtir la prospérité concrètement.

Idéal pour :

  • organismes à buts non lucratifs et entreprises d’économie sociale en quête de ressources humaines, financières, matérielles et d’expertise
  • philanthropes intéressés à contribuer à une œuvre concrète, durable, ici et maintenant
  • individus et organismes intéressés par l’intégration des Nouveaux-arrivants (acquisition de l’autonomie socio-économique, apprentissage du français)
  • individus et organismes intéressés au bilinguisme et à ses avantages
  • propriétaires de cafés et petits restaurants souhaitant augmenter leur achalandage
  • micro-entreprises en quête de rentabilité durable

La rencontre présente une formule mixte de 5 à 7, de speed dating d’affaires et d’exposition. On y participe pour y trouver son compte: des occasions, des ressources humaines, des échanges, du partage, le partenariat et tout ce qui contribue à bâtir la prospérité dans la région de Québec. Simultanément, on participe au Tweetup pour bâtir la prospérité (#tubp) dont le thème du mois est Investir en philanthropie durable, ici et maintenant.

L’accès à l’activité #fairevaloirquébec est gratuit. Les participants font plaisir à leurs papilles en dégustant les saucisses et autres délices qu’on peut acheter au Charcutier du marché. La boulangerie-pâtisserie La Bonne Place vend des desserts et du café haut-de-gamme auxquels on s’attache [mon estomac s’y est abonné]. Les sushis de Québec Océan et les plats exquis de Pacini savent aussi flatter les plus fins palais.

Pour plus de renseignements, contactez-nous à contact@waska.org ou au (581) 989-5412.

 

Publié dans #fairevaloirquébec, #tubp | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

La science de la prospérité

profit

Merci à photo-libre.fr pour les belles photos!

Nous, les administrateurs et gestionnaires d’organismes à buts non lucratifs, cherchons des ressources humaines, matérielles et financières pour opérer et assurer la pérennité des services que nous offrons à nos clientèles. Appelons ça ici «la prospérité» de l’OBNL.

En économie sociale, on doit maîtriser l’art du marketing, ce qui est nouveau pour nos pairs qui ont œuvré pendant des décennies avec les méthodes traditionnelles de financement. On doit pratiquement considérer la clientèle, les bénévoles, les donateurs, les collaborateurs, les contributeurs, les commanditaires, les élus et la population entière comme «des clients». Dans une gestion de ressources humaines efficace, on apprend à connaître le client : ses goûts, ses habitudes, ses choix, ses besoins, ses intérêts, sa passion, ses objectifs… Une application de gestion de relation client (CRM) aide à tenir tout ça en ordre. C’est ce qu’on appelle l’intelligence d’affaires. Cet outil aide l’OBNL à savoir auprès de qui et comment faire valoir ses œuvres, de manière à susciter la contribution, en plus de gérer le progrès de l’exercice de marketing.

Pour la cueillette des ressources matérielles et financières, les dirigeants d’OBNL se servent du même outil de CRM puisqu’elles proviennent des ressources humaines (collaborateurs, donateurs, etc.).

Savoir mettre en ordre ces belles données n’est pas suffisant pour assurer la réussite d’une campagne. Il est nécessaire de maîtriser des aptitudes relationnelles favorables à la concertation, au partage, à l’entraide: le partenariat. Un individu quelconque ne devient contributeur que lorsqu’il est convaincu de l’usage approprié de son investissement, qu’il s’agisse de son temps, de son équipement ou de son argent. Il ne devient contributeur que s’il trouve que l’œuvre en soi le passionne et que les gens qui l’administrent lui sont sympathiques. Le traiter comme un client prend ici tout son sens.

Quand les riches s’enrichissent, ça fait appauvrir les pauvres? Ces riches sont nos clients contributeurs: les taxes qu’ils paient garnissent les coffres desquels nos subventions proviennent. Ils fondent, administrent et financent les fondations, précieuses pour nos œuvres. Affirmer que les riches contribuent à la pauvreté revient à dire que cinq tasses remplies d’eau bouillante pourraient refroidir un verre d’eau froide.

Publié dans Autonomie socio-économique, Réseau d'entraide Communauté Québec | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Partenariat-ressources

Created with Nokia Smart CamVoici une offre enrichissante à l’intention des organismes à buts non lucratifs de l’agglomération de Québec!

L’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires offre à votre organisme des heures d’expertise et de coups de main en échange d’un local pour quelques mois.

Ainsi, dans le cadre d’un partenariat-ressources, Waska.org met à la disposition de votre organisme ses ressources humaines, son expertise, sa technologie, son imposant réseau d’entraide et son huile à bras afin de contribuer à vos œuvres. Tout ça, sans entamer vos précieuses ressources financières! En fait, c’est un peu comme rentabiliser votre espace d’opération.

Grâce à ce partenariat-ressources, votre organisation bénéficie de l’expertise de notre équipe de spécialistes pour s’occuper de tâches administratives, bureautiques, techniques, organisationnelles, manuelles, graphiques et même pour assurer la formation et le mentorat!

Notre entreprise termine son exercice de développement et a besoin d’un local de la taille d’un bureau (environ 3 m x 3 m) pour une période de trois à cinq mois. Cet espace servira à aménager deux postes de travail bureautique et à y rencontrer des clients individuellement. L’accès au local doit être aisé, dans les heures régulières d’affaires.

Si l’offre vous intéresse, communiquez avec Jean-François Néron (directeur) au (581) 989-5412 et/ou avec Véronique Cazeault (présidente).

Publié dans Réseau d'entraide Communauté Québec | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un coup de main solide pour aider les OBNL

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Notre organisme aide les individus qui administrent et/ou qui gèrent les organismes à buts non lucratifs (OBNL), ces généreux êtres humains qui investissent leur passion à œuvrer pour le bien de leurs pairs.

Cette aide se veut accessible, concrète, pertinente, applicable et durable. Or, notre programme Communauté Québec procure à ces bienveillantes personnes des moyens pour qu’elles amènent leur organisme à atteindre ses objectifs, à assurer sa rentabilité, à garantir sa pérennité, à servir sa clientèle, etc.

Les OBNL vivent une réalité difficile. Trouver et conserver les ressources nécessaires pour opérer est un combat de tous les jours. Comme dans toute lutte, il y a des pertes. Le programme Communauté Québec leur propose d’abandonner la lutte pour se joindre à l’effort concerté de construction de la prospérité, en commençant par bâtir la leur dès le départ. Comme un chantier est sensé livrer un résultat constructif en maximisant les efforts et le matériel, sensé rendre tout le monde gagnant en bout de ligne, il est absolument anormal qu’il y ait des pertes et des perdants. C’est là où se distingue notre œuvre.

Un bon coup de main costaud qui ne coûte pas un sou ni au membre, ni au contribuable: le programme Communauté Québec offre aux administrateurs/directeurs d’OBNL différents partenariats pour répondre à leurs besoins spécifiques. Sans avoir à s’appauvrir davantage, le membre peut mettre en valeur des ressources que son organisme possède déjà afin de bâtir la prospérité de son œuvre.

Par exemple, le partenariat-mentorat met en place dans les locaux de l’organisme du membre des moyens concrets pour augmenter ses gains en ressources financières, matérielles et humaines. Le membre participe activement à l’application de ces moyens et, de ce fait, se trouve mentoré – il acquiert les techniques et les aptitudes tout en bénéficiant de la récolte! L’OBNL acquiert ainsi son autonomie en renforçant sa souveraineté opérationnelle et administrative.

Un autre exemple pratique: le partenariat-ressources. L’OBNL possédant des ressources louées ou achetées qui amassent de la poussière accuse une perte financière dont il peut vraiment se passer. Le programme Communauté Québec offre aux administrateurs et aux directeurs des moyens de partager les ressources de l’organisme en partenariat avec Waska.org, qui partage dans ce même partenariat une expertise technique haut de gamme. Un bon coup de main musclé.

Parlez-en à votre conseil d’administration et inscrivez-vous!

Publié dans Partenariat | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’équipe qui a le pouvoir de répondre aux besoins

Merci à photo-libre.fr pour la superbe photo!

Merci à photo-libre.fr pour la superbe photo!

Il existe une équipe d’humanitaires passionnés qui transforment littéralement la pauvreté en prospérité, qui répondent aux besoins des organismes à buts non lucratifs comme personne d’autre. C’est le conseil d’administration de l’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires.

Aimeriez-vous faire partie de cette merveilleuse équipe? Envoyez un courriel à notre sympathique présidente Véronique Cazeault à v.cazeault@waska.org.

Deux heures par mois de votre temps, c’est suffisant pour mettre en oeuvre des gestes concrets, simples et efficaces pour donner un sérieux coup de main aux dirigeants d’organismes à buts non lucratifs!

Par le partenariat-mentorat, Waska.org aide les entreprises humanitaires à augmenter leurs ressources financières, matérielles et humaines grâce à des gestes concrets, simples et efficaces. C’est l’autonomie prospère. C’est l’amour de l’oeuvre humaine, la passion de la réussite du bien pour l’humanité.

Waska.org aide les individus à acquérir leur autonomie socio-économique (réussir à postuler et conserver un emploi confortable) et/ou à bien appliquer leurs techniques et aptitudes autonomes à la gestion d’une entreprise ou d’un organisme.

Bienvenue!

Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Solutions aux besoins des organismes: ressources humaines

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Trouver assez de bénévoles pour assurer la continuité des oeuvres est toujours un casse-tête pour les administrateurs d’organismes à buts non lucratifs. Aussi faut-il qu’ils accomplissent les tâches avec soin…

Le programme Communauté Québec offre aux dirigeants d’OBNL de conclure une entente de partenariat-mentorat pour apporter une solution durable à ce problème.

Sans même dépenser un seul sou de son budget, l’administrateur ou le directeur qui devient membre du programme accueille dans les locaux de son organisation des activités visant à inciter les bénévoles à investir leur passion dans ses oeuvres.

Le programme fournit également des recettes faciles à suivre pour s’approprier la maîtrise d’oeuvre de ces moyens efficaces. Un guide-mentor assiste le membre durant l’expérience pour assurer son autonomie durable.

Une des recettes est de constituer un CRM et de considérer les bénévoles comme des clients! Il faut savoir répondre aux besoins des gens qui viennent investir leur passion dans la cause.

Le même partenariat-mentorat est un outil puissant pour amasser des fonds (revenus autonomes), pour s’équiper adéquatement et pour faire naître de belles collaborations fructueuses.

Grâce à l’économie sociale, ce programme ne coûte pas un sou au contribuable. Des philanthropes passionnés à bâtir la prospérité achètent des services du programme Anges de prospérité, dont l’excédent sur les recettes finance les oeuvres de Communauté Québec.

Travailler en équipe et en harmonie pour bâtir un monde meilleur, c’est passionnant!

Publié dans Bénévolat 2.0 | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les OBNL et le numérique : un nouveau rapport intéressant

Pour une philanthropie optimale au Québec

2015 digital outlook reportIl n’est sûrement pas nécessaire d’une nouvelle recherche pour démontrer l’importance pour les OBNL d’intégrer le numérique dans leurs stratégies de collecte de fonds et de communications. En ce sens, le 2015 Digital Outlook Report, même s’il s’agit d’un rapport gratuit, pourrait ne pas vous sembler être une lecture cruciale. Je vous encourage tout de même à y jeter un coup d’oeil.

L’objectif de ce rapport est d’illuster « How have organizations adapted to meet the needs of the philanthropic consumer in 2015, both in terms of investment and strategy. » C’est moi qui met en gras le terme « philanthropic consumer » car je trouve que ça souligne bien le fait que les OBNL s’adressent à des consommateurs quand ils tentent de recruter de nouveaux donateurs … et que ces consommateurs sont habitués de se faire « parler » d’une façon souvent plus dynamique/numérique que les les OBNL ne le font.

L’étude menée auprès…

View original post 267 mots de plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire